Quelques haïkus et aphorismes de Thomas Baignères

Œuvre Jef Aérosol

je signe ce papier
comme la marque de mon engagement à la vie

à quand le miracle d’une existence
graciée par la mort ?

à quand la fuite du temps
pour se voir définitivement aimé ?

je joue la carte du rien, ça marche toujours !

regard inné vers la mort, je cours à ma perte

en alliance divine je ne dis rien.

depuis que j’ai traversé l’océan qui menait à ton cœur
j’ai cessé d’exister pour mieux être ombre de toi même

nuit de pleine lune
j’aspire à devenir moi
t’impressionner n’a (alors) aucun sens

l’amour n’est autre qu’un jet de pierres au fond d’un puits sans fond

dans l’immense bavardage de l’océan deux poissons se mettent à rougir

lorgnant de haut en bas j’ai vu le milieu

nez à nez avec le vide je frémis

comment combler nos désirs
si ce n’est dans l’incarnation du doute ?

l’air de rien j’ai tracé les dernière flèches qui mènent à l’amour

http://www.thomasbaigneres.com/

Une réflexion sur « Quelques haïkus et aphorismes de Thomas Baignères »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.